L'Ain placé en vigilance sécheresse :

 

Sécheresse : des mesures de restrictions des usages de l’eau en Dombes

 

La recharge automnale et hivernale des nappes d’eaux souterraines n’ayant pas été satisfaisante, le département de l’Ain a été placé en situation de « vigilance » sécheresse pour les eaux souterraines, dès le 15 mars dernier.

 

La recharge automnale et hivernale des nappes d’eaux souterraines n’ayant pas été satisfaisante, le département de l’Ain a été placé en situation de « vigilance » sécheresse pour les eaux souterraines, dès le 15 mars dernier.

Depuis, compte tenu d’un déficit pluviométrique qui perdure, la situation s’est encore dégradée. De nombreux cours d’eau enregistrent des débits historiquement bas pour cette période de l‘année et la tendance baissière des niveaux des nappes d’eau souterraines n’a pu s’inverser. Le secteur « Dombes-Certines » reste le plus touché avec une baisse continue du niveau de la partie Sud de la nappe depuis 2015.

Seules des précipitations conséquentes et régulières pourraient éviter une poursuite de la dégradation des ressources en eau et des milieux aquatiques mais, compte tenu des prévisions météorologiques actuelles, une amélioration est peu probable.

En conséquence, après avoir réuni pour la seconde fois cette année le comité départemental de vigilance sécheresse, le préfet a décidé :
• de placer le secteur « Dombes - Certines » (eaux souterraines) en situation d’« alerte » ;
• de maintenir le reste des eaux souterraines du département de l’Ain en « vigilance ».

Ces dispositions sont inscrites dans un arrêté préfectoral signé le 25 avril 2019, qui est téléchargeable via ce lien(format pdf - 805.7 ko - 26/04/2019) .

La répartition des communes par bassin de gestion des eaux est définie par l’arrêté-cadre du 16 avril 2019 que vous pouvez consulter ici.

La situation d’alerte conduit, dans les communes concernées, à l’instauration de mesures de limitation ou d’interdiction des prélèvements et de l’utilisation de l’eau qui figurent au sein de l’annexe 3 de l’arrêté du 25 avril 2019. Elles sont applicables dès leur publication au recueil des actes administratifs.

En dehors des communes soumises à ces restrictions, chaque citoyen est invité à une gestion la plus économe possible de la ressource en eau.

Afin d’anticiper au mieux l’évolution de la situation, le comité sécheresse se réunira au moins une fois par mois en vue de prendre, si besoin est, des mesures complémentaires de restrictions.


Publié le