CÉRÉMONIE DU 11 NOVEMBRE 2018 Retour en images

Agenda : le 11-11-2018


Une cérémonie pour les soldats morts pour la France
 
En ce dimanche 11 novembre 2018, Villieu Loyes Mollon célébrait le centenaire de la victoire de la "grande guerre" et honorait ses 58 soldats morts pour la France.
Pour cette occasion toute particulière, la chorale "Viva La Musica" avait réuni un ensemble vocal composé d'une partie de ses membres, quelques volontaires et des enfants des écoles municipales pour créer une "Chorale citoyenne". Dirigée par Philippe DELEURENCE, et accompagnée par l'Ensemble Mucisal de Villieu Loyes Mollon, elle a interprété avec brio La Marseillaise et l'hymne des Fraternisés (cf. encadré).
 
Traditionnellement, la cérémonie s'est achevée au centre Innovance avec le partage du verre de l'amitié offert par la municipalité.

Pendant l'été 1914, la Première Guerre mondiale éclate, entraînant des millions d'êtres humains dans son tourbillon. Le temps passant, la neige s'installe. Noël arrive avec son cortège de cadeaux venant des familles et des états-majors. 
Mais la surprise ne vient pas des nombreux et généreux colis arrivant dans les tranchées françaises, allemandes ou écossaises. Car c'est l'impensable qui se produit.
Les soldats du front occidental étaient épuisés et choqués par l'étendue des pertes humaines qu'ils avaient subies depuis le mois d'août. Au matin du 25 décembre, les Français et les Britanniques qui tenaient les tranchées autour de la ville belge d'Ypres entendirent des chants de Noël (Stille nacht) venir des positions ennemies, puis découvrirent que des arbres de Noël étaient placés le long des tranchées allemandes.
Pour quelques instants, on va poser le fusil pour aller, une bougie à la main, voir celui d'en face, pourtant décrit depuis des lustres, à l'école aussi bien qu'à la caserne, comme un monstre sanguinaire et, la musique coutumière des chants de Noël aidant, découvrir en lui un humain, lui serrer la main, échanger avec lui cigarettes et chocolat, et lui souhaiter un "Joyeux Noël", "Frohe Weihnachten", "Merry Christmas".
Lentement, des colonnes de soldats allemands sortirent de leurs tranchées et avancèrent jusqu'au milieu du no man's land, où ils appelèrent les Britanniques à venir les rejoindre. Les deux camps se rencontrèrent au milieu d'un paysage dévasté par les obus, échangèrent des cadeaux, discutèrent et jouèrent au football le lendemain matin. Un chanteur d'opéra, le ténor Walter Kirchhoff, à ce moment officier d'ordonnance, chanta pour les militaires un chant
de Noël. Les soldats français ont applaudi jusqu'à ce qu'il revienne chanter.








 
J'entends les oiseaux des montagnes. 
Le son de rivières chantantes. 
Un chant que j'entendais souvent. 
Il coule à travers moi maintenant. 
Si clair et si fort. 
Je suis debout où je suis et pour toujours je rêve d'un foyer. 
Je me sens si seul. Je rêve d'un foyer.
C'est porté dans l'air. 
La brise du petit matin. 
Je vois les terres si justes. 
Mon cœur s'ouvre en grand. 
Il y a de la tristesse dedans. 
Je suis debout où je suis et pour toujours je rêve d'un foyer. 
Je me sens si seul. Je rêve d'un foyer.
Ce n'est pas un ciel étrange. 
Je ne vois aucune lumière étrangère. 
Mais très loin je suis. 
De quelques terres pacifiques. 
Il me tarde de me lever. 
Une main dans ma main. 
Pour toujours je rêve d'un foyer. 
Je me sens si seul. Je rêve d'un foyer.

Publié le